Accueil » Littérature Américaine » Je ne suis pas un serial killer – Dan Wells

Je ne suis pas un serial killer – Dan Wells

John Wayne Cleaver est un garçon comme les autres. Il aide sa mère dans son travail, obtient de bonnes notes à l’école et passe ses journées à son domicile à lire. On pourrait presque se demander alors pourquoi en faire le personnage principal de ce livre ! Oh pour une simple et bonne raison : il est tout sauf ordinaire. Pour commencer, John voit un psy, le Dr Neblin, qui lui diagnostique une sociopathie sévère. Il ne ressent donc aucune empathie ni aucun sentiment pour ses semblables. John le savait mais il peut enfin poser un nom sur le mal qui l’a forcé à se dicter des règles de conduite drastiques pour s’empêcher de commettre l’irréparable. De plus, il travaille avec sa tante et sa mère au funérarium familial dans lequel il aide pour les embaumements. Il est fasciné par les tueurs en série depuis ses huit ans et a tellement étudié le sujet qu’il sait parfaitement qu’il correspond à tous les portraits-types dressés par les psychanalystes les plus réputés. Cependant, Clayton, la petite ville où il habite avec sa mère, va devenir le lieu de crimes effroyables perpétrés, semble-t-il, par un tueur en série. John sent que le monstre qui se tapit en lui va tenter de profiter de l’aubaine.
Le véritable tour de force de Je ne suis pas un serial killer est de nous faire éprouver de la sympathie pour un jeune garçon qui en est totalement incapable. John Wayne Cleaver est en effet un héros attachant, tellement persuadé de sa malédiction et de sa vulnérabilité au mal qu’il va dans un premier temps ne rien faire. Mais quand il va se rendre compte qu’il est le seul à connaître la véritable identité de l’assassin et donc à pouvoir l’arrêter, il va alors décider de passer à l’action. La psychologie des personnages est très poussée et loin d’être archétypal comme on le voit trop souvent dans le polar actuel. Ce livre possède un rythme quasi-hypnotique et peut se dévorer d’une traite.
Dan Wells nous livre ici une œuvre pleine de vivacité et non dépourvue d’un certain sens de l’humour, noir la plupart du temps.
Premier tome d’une trilogie (poursuivie par Mr Monster et conclue par Nobody), cet ouvrage nous présente un anti-héros qui donne envie d’être suivi, afin de savoir s’il pourra éternellement contenir la bête en lui.

Dan WellsEditions Sonatines
Traduction : Elodie Leplat
270 pages

Jérémy

À propos Jérémy

Chronique/Co-Fondateur

Vous aimerez aussi

Tom Drury – Le Ruisseau Noir

Au rayon de la littérature américaine contemporaine, et à l’instar d’un Paul Beatty dans un registre différent, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Powered by keepvid themefull earn money